Le coeur parle

Bienvenue sur mon blog

Archive pour la catégorie 'Journal de Bord'

Y-a-t-il quelqu’un pour sauver mon pauvre coeur?

Posté : 16 mars, 2009 @ 11:22 dans Journal de Bord | 1 commentaire »

 

Y-a-t-il quelqu'un pour sauver mon pauvre coeur? dans Journal de Bord Coeur_de_rose1

Tristesse de ma vie, triste telle est cette vie. Je rêve pour espèrer une meilleure vie.

Voilà, je suis là. Je vois le monde tel qu’il est et je me sens inutile. Que puis-je faire? Travailler, gérer mes émotions et mes diffucultès quotidiennes, c’est ce que j’essaie tant bien que mal de faire. Aujourd’hui, je n’ai plus assez de force pour continuer, ni pour espèrer mais ai-je le choix? Je dois vivre et rester humble. Ya-t-il quelqu’un pour sauver mon pauvre petit coeur…

 

Non, il n’y a personne, hélas pour moi.

L’état actuel de mon coeur

Posté : 29 décembre, 2008 @ 7:15 dans Journal de Bord | Pas de commentaires »

Je suis au point mort, je me sens pas à l’aise dans cette vie.

J’avance très lentement dans mes dossiers, bientôt une nouvelle année qui commencera avec pleins de doutes dans tous les domaines de ma vie.

Si je peux résumer ma vie en quelques mots, je dirais: passable, peux mieux faire! C’est quand-même bête d’être conscient d’avoir des capacités intellectuels ou humains et de ne pas s’en servir, c’est du gâchis, c’est sûr.

Enfin, soyons optimiste, il faut croire même à l’impossible, demain, je me réveillerais, je serais très énergétique, j’aurais de la force à revendre, je croirai à ma bonne volonté, à mon sérieux ainsi qu’à mon équilibre mentale.

Tout se passera bien, oui sûrement, il ne faut pas en douter.

 

 

Les jours se suivent et se ressemblent!

Posté : 17 décembre, 2008 @ 2:29 dans Journal de Bord | Pas de commentaires »

 Les jours se suivent et se ressemblent! dans Journal de Bord zd9i7_jbhjn_dauphin13

Aujourd’hui, est un jour comme tous les autres. Je me lève, je vais en cours, puis pause déjeuner et cours encore… Je suis épuisée, j’ai même l’impresssion que je ne vais pas tarder à avoir une crise cardiaque. Je suis en surménage, je n’en peux plus de faire les mêmes choses inlassablement. J’aurais voulu qu’il m’arrive des choses plus joyeuses du genre voyager, rencontrer des gens très intéressants qui te stimulent et te donnent envie d’avancer vers le chemin du succès. Pour l’instant, c’est la monotonomie complète et comme dit mon cher Verlaine: « Mais la pire peine, c’est de ne savoir pourquoi, sans amour et sans haine, mon coeur a tant de peine ».

 

Ainsi, va la vie.

Raconter mes journées

Posté : 11 décembre, 2008 @ 3:44 dans Journal de Bord | Pas de commentaires »

Raconter mes journées dans Journal de Bord dauphin%5B1%5D-776468 

Journal de bord 10/12/2008  Aujourd’hui  est une journée comme toutes les autres. C’est boulot/Bus/dodo. Là je travaille jusqu’à 18h. C’est vide aujourd’hui, mes collègues de travail sont malades. Du coup, je reste seul avec le directeur mais il est gentil sauf que je ne sais pas comment lui parler. Vous voyez, je suis tellement habituée à « chacun pour soi et Dieu pour tous », que maintenant, je n’arrive pas à aller vers les gens. Je m’enferme moi aussi, alors que  je suis quelqu’un de très ouvert. J’aime parler aux gens, plaisanter, leur faire rire, mettre de l’ambiance quoi ! Mais sur le coup, je ne sais comment m’y prendre, faire le premier pas, lui dire Monsieur merci de m’avoir pris dans votre service. Et en plus, quand il m’a appelé après avoir lu mon CV et ma lettre de motivation, il était enthousiasmé. Il me parlait avec une telle générosité et sincérité que ce jour là, j’ai failli pleurer de joie. En effet, il m’avait fait des compliments sur mon parcours en me disant que j’étais quelqu’un de très intéressant, que mon parcours était bien, que j’étais polyvalente, qu’il lui fallait quelqu’un comme moi dans son service. C’était la première fois qu’on me faisait autant de compliments sur ma formation alors que moi-même, je ne suis pas fière de ce que j’ai fait. Je pense avoir échoué dans mes ambitions, que je ne suis pas devenue ce que j’aurais voulu devenir. Comme on dit, on est jamais content de ce qu’on est, de ce qu’on fait, c’est vraiment ce qu’on appelle : « l’éternel  insatisfaction des être humains ». Bref, mon cher directeur même si on se parle pas trop, merci d’avoir cru en moi. Vous avez été merveilleux. Grâce à vous, je retrouve petit à petit confiance en moi et j’espère pouvoir accomplir de grande chose. Mais pour l’instant, je ne suis qu’au point mort, je n’ai pas encore démarré dans mes bonnes résolutions. Avec le temps, ça viendra. Car « tant qu’il y a la vie, il y a de l’espoir ». 

 

tribulations |
Le blog des Ressources Huma... |
hamedhatem |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | FRANCOIS Gérard
| jeje3030
| Notre histoire : jacqueline...